Skip to main content
Bison paissant dans la chaîne Teton, Wyoming
1 sur 1
  • États :
    Wyoming
    Montana
    Idaho

Le bison, qui peuplait jadis les grandes plaines herbeuses d’Amérique, est depuis toujours un symbole de liberté et un emblème de l’Ouest sauvage.

Si les paysages des États-Unis ont évolué au fil du temps, l’attachement pour ce mammifère majestueux est resté le même. En mai 2016, le président américain Barack Obama a promulgué le National Bison Legacy Act, une loi qui fait officiellement du bison le mammifère national des États-Unis. Grâce au travail des défenseurs de l’environnement, du National Park Service et des propriétaires fonciers privés, la population des bisons est en augmentation dans tout le pays, étant passée d’à peine 1 000 bêtes en 1890 à plus de 500 000 aujourd’hui.

Le bison en quelques mots

Présent uniquement en Amérique du Nord, ce bison est le plus grand mammifère du continent : il peut mesurer jusqu’à 2 mètres au garrot et peser plus de 900 kilos. Les bisons sont des herbivores ruminants et sont recouverts d’une épaisse fourrure marron à noire, qui les protège des hivers froids et neigeux. Ils s’accouplent en été et les femelles donnent naissance au printemps suivant à un petit au pelage roux.

Le bison est le plus grand mammifère d’Amérique du Nord : il peut mesurer jusqu’à 2 mètres au garrot et peser plus de 900 kilos.

Le bison est le plus grand mammifère d’Amérique du Nord : il peut mesurer jusqu’à 2 mètres au garrot et peser plus de 900 kilos.
En savoir plus

Bison ou buffalo ?

Le nom scientifique de ce mammifère est le bison, mais il est aussi appelé buffalo. Quel terme doit-on privilégier ? Techniquement, le mot « buffalo » fait en fait référence aux buffles d’Afrique et d’Asie, une autre espèce de bovidés. Seul le bison d’Europe appartient au même genre que le bison d’Amérique du Nord. Cela dit, le terme buffalo est tellement rentré dans le langage courant qu’il est devenu une alternative commune.

Le nom scientifique de ce mammifère est le bison, mais il est également appelé buffalo.

Le nom scientifique de ce mammifère est le bison, mais il est également appelé buffalo.
En savoir plus

Un symbole américain

Pour les Américains, le bison représente depuis toujours un emblème de l’histoire territoriale des États-Unis. Il orne d’ailleurs le sceau du Département de l’Intérieur, le logo en forme de pointe de flèche du National Park Service et, à une époque, il figurait même sur le nickel, la pièce de cinq cents américaine. Il est également mentionné dans l’hymne officieux de l’Ouest, « Home On the Range », dès le premier vers « Oh, give me a home where the buffalo roam ». Enfin, les termes buffalo ou bison apparaissent dans le nom de nombreuses villes et équipes sportives du pays.

Le bison est depuis toujours un emblème de l’histoire territoriale des États-Unis.

Le bison est depuis toujours un emblème de l’histoire territoriale des États-Unis.
En savoir plus

Où observer des bisons

Les bisons sont désormais présents sur l’ensemble du territoire ou presque, mais le meilleur endroit où observer des hardes sauvages est le Yellowstone National Park. Alors que la plupart des bisons ont été croisés avec d’autres bovidés d’élevage, les animaux du Yellowstone sont de pure race.

Yellowstone est le seul endroit où les bisons sont présents sans interruption depuis l’ère préhistorique. Le troupeau du parc compte désormais près de 5 000 têtes, ce qui en fait la harde de bisons sauvages la plus importante.

Plusieurs aires protégées à travers le pays abritent également des bisons : Antelope Island State Park à Great Salt Lake, près de Salt Lake City, dans l’Utah ; National Bison Range à Moiese, dans le Montana ; Catalina Island près de Los Angeles, en Californie ; Land Between the Lakes Elk and Bison Prairie à Golden Pond, dans le Kentucky ; Theodore Roosevelt National Park à Medora, dans le Dakota du Nord ; et Golden Gate Park à San Francisco, en Californie.

Les bisons sont désormais présents sur l’ensemble du territoire ou presque, mais le meilleur endroit où observer des hardes sauvages est le Yellowstone National Park.

Les bisons sont désormais présents sur l’ensemble du territoire ou presque, mais le meilleur endroit où observer des hardes sauvages est le Yellowstone National Park.
En savoir plus

Des animaux qui s’observent à distance

Alors qu’à première vue, ces imposants mammifères semblent calmes et passifs, ils font partie des animaux sauvages les plus dangereux à approcher. Le National Park Service indique que les bisons sont capables de courir trois fois plus vite que les humains et qu’ils sont connus pour charger, pousser violemment ou encorner les humains lorsqu’ils se sentent menacés. Les visiteurs des parcs nationaux sont priés de rester à au moins 25 mètres des bisons en raison de leur comportement imprévisible. Vous ne devez en aucun cas vous en approcher ou les toucher.

Les visiteurs des parcs nationaux sont priés de rester à au moins 25 mètres des bisons en raison de leur comportement imprévisible. Vous ne devez en aucun cas vous en approcher ou les toucher.

Les visiteurs des parcs nationaux sont priés de rester à au moins 25 mètres des bisons en raison de leur comportement imprévisible. Vous ne devez en aucun cas vous en approcher ou les toucher.
En savoir plus

Les bisons et les Amérindiens

Bien avant l’arrivée des premiers colons sur le continent américain, les Amérindiens chassaient le bison. L’animal était essentiel à la culture et la survie des tribus indiennes. Celles-ci en utilisaient toutes les parties pour se nourrir, se vêtir, s’abriter et fabriquer des outils.

Aujourd’hui, la National Wildlife Federation (NWF) lutte pour la réintroduction du bison sauvage sur les terres tribales. Par le biais de partenariats avec les chefs des tribus, la NWF œuvre à rétablir le lien culturel qui unissait jadis le bison et les tribus amérindiennes, en créant notamment des espaces où les hardes peuvent paître en toute liberté dans leur habitat naturel historique.

Quel que soit le territoire que vous explorez aux États-Unis, ne manquez pour rien au monde l’occasion d’aller à la rencontre de ce symbole vivant de l’histoire de l’Ouest sauvage.

Plus d'informations

Thèmes associés :